Les vérandas et la RT 2012 et 2020

Lorsque l’on parle de réchauffement climatique et de ses causes, ce sont souvent les moyens de transport de tous types qui sont pointés du doigt pour leur impact environnemental, aux côtés de l’industrie lourde, voire de l’agriculture intensive. Pourtant, c’est bel et bien le secteur du bâtiment qui est le plus grand contributeur du réchauffement climatique au niveau européen. Ce triste record est causé notamment par l’émission d’une quantité phénoménale de gaz à effet de serre, tant lors de la construction initiale que durant la vie du bâtiment, pour assurer son chauffage et sa climatisation par exemple.
Conscients de cette problématique, les pouvoirs publics ont décidé d’établir un certain nombre de réglementations, tant pour la rénovation des plus vieux bâtiments, très consommateurs en énergie, que pour les constructions neuves. Ces dernières sont notamment soumises à des réglementations thermiques en perpétuelle évolution, afin de restreindre la consommation des bâtiments et ainsi réduire les factures énergétiques des locataires.

Lorsque l’on décide de doter sa maison d’une véranda, aujourd’hui conçue comme une véritable extension de l’habitation, comment appliquer ces réglementations ?

Les RT 2012 et RT 2020 : qu’est-ce que c’est ?

Les RT 2012 et 2020, comme leur nom l’indique, se réfèrent aux Réglementations Thermiques de 2012 et 2020, respectivement. Depuis 1974, les réglementations thermiques successives imposent de meilleures isolations et une consommation énergétique toujours en baisse pour les nouvelles bâtisses. Elles visent principalement à réglementer les nouvelles constructions pour des raisons environnementales. Mais elles agissent aussi, par effet de bord, sur la salubrité des bâtiments, en garantissant un certain confort aux utilisateurs.

Les exigences de la RT 2012

Pour satisfaire ses objectifs, la RT 2012 agit sur trois exigences principales :

  • La limite maximale de la consommation d’énergie (chauffage, éclairage, climatisation, eau chaude, etc.).
  • Un seuil maximal de température intérieure pour limiter l’usage de la climatisation.
  • Et, globalement, l’efficacité énergétique du bâtiment.

Pour la RT 2012, la limite de consommation énergétique primaire est ainsi fixée à 50 kWh/m2/an, modulable en fonction de la latitude et de l’altitude de la ville. Pour les nouveaux bâtiments à basse consommation (BBC), et il s’agit actuellement de la Réglementation Thermique en vigueur pour les particuliers.

Photo de panneaux solaires sur le toit d'un bâtiment

 

La RT 2020, un nouveau standard pour l’efficacité énergétique des bâtiments

Bien qu’elle s’applique déjà pour les constructions publiques, la RT 2020 entrera en vigueur pour les particuliers en 2020, comme son nom l’indique. Elle vise une réduction de la consommation d’énergie, avec un seuil de base à 12 kWh/m2/an pour le chauffage, par exemple.

En plus de limiter la consommation des bâtiments, la RT 2020 vise à en faire des producteurs d’énergie. Pour cela, les nouveaux bâtiments pourront être dotés d’équipements énergétiques performants, comme des panneaux solaires, des éoliennes, des vérandas bioclimatiques, des pompes à chaleur, etc. L’objectif de la RT 2020 est donc que les constructions de la prochaine décennie soient non seulement capables d’assurer leur propre consommation énergétique, mais qu’elles puissent également fournir un surplus d’énergie à injecter sur le réseau local. On parle alors de Bâtiments à Énergie Positive (BEPOS).

Comment inscrire la véranda dans une démarche de Bâtiment à Énergie Positive (BEPOS) ?

Photo d'une véranda moderne s'incrivant dans la règlementation

La véranda moderne s’inscrit parfaitement dans le BEPOS

L’amélioration continue des Règlementations Thermiques est possible par des avancées techniques et conceptuelles multiples, qui expliquent le niveau d’exigences de plus en plus élevé :

  • Création de matériaux plus isolants.
  • Amélioration en matière de chauffage et d’éclairages (thermostats intelligents, LED, éclairage par détection de présence, etc.).
  • Conception des bâtiments qui exploite l’environnement pour produire et stocker de l’énergie (éoliennes de toiture, panneaux photovoltaïques, matériaux emmagasinant la chaleur solaire, etc.).

Dans un tel cadre, la véranda n’est plus considérée comme une extension couverte du jardin, trop froide en hiver et brûlante en été. Il faut plutôt la voir comme un outil de régulation bioclimatique de la maison, insérée directement au cœur des problématiques de régulation thermique de l’habitation.

 

Plus d’infos sur les vérandas
et extensions modernes

L’importance d’une conception adaptée

Les vérandas sur-mesure modernes et performantes, notamment les modèles en aluminium, sont de véritables extensions de la maison. Pour les habitations conçues spécifiquement dans une optique bioclimatique, il s’agit même d’un élément central du logement.

Conçue par un artisan fabricant dans une telle optique, la véranda est capable d’emmagasiner la chaleur solaire pour la restituer dans le reste de la maison durant les heures les plus fraîches, via des matériaux et une ventilation adaptée.

Au-delà du choix des matériaux, c’est bien la conception personnalisée qui permet à la véranda ou à l’extension de contribuer à la démarche d’énergie positive de la maison. En effet, l’orientation de la véranda par rapport au soleil, la bonne disposition des surfaces vitrées coulissantes ou des stores intégrés, ou encore l’agencement au plus près des maçonneries existantes, sont autant d’éléments qui permettent d’assurer une bonne régulation de la chaleur, de la fraîcheur et de la ventilation de la maison en fonction du climat local et de la saison.

Quelle réglementation
pour mon projet de véranda ?

L’application de la RT 2012, et bientôt de la RT 2020, dépend de nombreux facteurs. Il convient donc de se rapprocher de son artisan fabricant pour obtenir des conseils précis, et adaptés à chaque cas de figure. Celui-ci établira un projet d’extension de la maison respectueuse de la RT en prenant en compte plusieurs éléments :

  • La taille de la maison existante ainsi que sa date de construction ;
  • La dimension de la véranda à construire ;
  • L’usage qui sera fait de cette extension (présence de chauffage ou de climatisation, démarche bioclimatique, etc.) ;
  • La zone d’implantation (commune, proximité de bâtiments historiques, etc.), afin de respecter les réglementations locales.

En fonction de ces différents critères, l’artisan fabricant sera en mesure de concevoir un projet qui convienne aux souhaits de son client, tout en s’intégrant au mieux à l’environnement et au contexte réglementaire.

Photo d'une véranda adossée à une maison (en aluminium)

 

Selon le projet de véranda retenu, la RT 2012 peut ne pas s’appliquer du tout, s’appliquer partiellement, ou s’appliquer totalement. Cela dépendra notamment de la surface au sol de l’extension à construire, mais aussi du nombre et de la nature des équipements thermiques intégrés, voire de la capacité bioclimatique de la future extension au profit du reste de la maison. Pour toutes mes questions au sujet de la Réglementation Thermique, votre artisan fabricant sera toujours le meilleur interlocuteur ! Trouvez votre artisan référent grâce à notre système de recherche.